Cantines : 20 % d’aliments bio obligatoires d’ici 2022

Cantines : 20 % d’aliments bio obligatoires d’ici 2022
Il y aura bien 20 % d’aliments bio dans les cantines des écoles d'ici 2022. - © oksix

A l’occasion de l’examen du projet de loi sur l’agriculture et l’alimentation, les sénateurs ont confirmé l’objectif de 20 % de produits bio dans la restauration collective publique d’ici 2022.

Il y aura bien 20 % d’aliments bio dans les cantines des écoles, des hôpitaux et des maisons de retraite d’ici 2022. Alors que le 30 mai dernier, les députés adoptaient la mesure inscrite dans l’article 11 du projet de loi sur l’agriculture et l’alimentation, le Sénat la retirait le 14 juin dernier lors de l’examen du texte en commission des Affaires économiques. Seul l’objectif global de 50 % de produits labellisés, de qualité et locaux (commerce équitable, labels rouges, pêche durable, etc.) d’ici 2022 dans la restauration collective publique avait été conservé.

Le groupe majoritaire des sénateurs LR à l’origine du retrait estimait que l’agriculture française ne serait pas en capacité de répondre à l’objectif de 20 % d’ici 2022. Résultat, il faudrait importer du bio pour le respecter. Il jugeait également que la mesure pourrait entraîner une hausse du prix des repas pour les familles et les collectivités, malgré les aides existantes pour payer la cantine des enfants.

Finalement, les deux rapporteurs du projet de loi au Sénat, Michel Raison (LR) et Anne-Catherine Loisier (Union centriste) ont déposé un amendement pour rétablir l’objectif de 20 % que les sénateurs ont adopté à la quasi-unanimité (334 voix pour-2 voix contre) jeudi 28 juin.

> A LIRE : En 2022, fini les œufs de poules en batterie dans le commerce

Les filières françaises seront en capacité de répondre à l’objectif

« Toutes les filières françaises se sont montrées confiantes dans leur capacité à répondre à ce surcroît de demande », a expliqué la sénatrice Anne-Catherine Loisier. « Les produits labellisés « régions ultrapériphériques » sont ajoutés pour promouvoir nos produits ultramarins en métropole et participer (…) à l’assouplissement de ces dispositions pour l’outre-mer », a-t-elle ajouté.

Si le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, a approuvé l’amendement, il a toutefois souligné que « son champ d’application est plus restreint puisque la restauration administrative en est exclue ».

Un objectif qui répond aux attentes des Français

Selon l’Observatoire des produits biologiques en restauration collective (Agence bio), 89 % des parents sont intéressés par une offre d’aliments bio à l’école et 78 % des actifs en souhaitent dans leur restaurant d’entreprise. Mais si l’an passé, des produits issus de l’agriculture biologique ont été servis dans 79 % des cantines scolaires, 47 % de celles d’entreprise et 30 % de celles des établissements du secteur de la santé ou du social (hôpitaux, Crous…), c’est le plus souvent en faibles quantités. La part moyenne de bio employée dans la restauration collective en France en 2016 n’était que de 5 %, selon l’association Un plus bio.

A LIRE AUSSI :

- On a testé Yuka, l’appli qui décrypte la composition des aliments transformés

-  Une appli pour vous aider à avoir une alimentation respectueuse de l’environnement

- Emploi : trouver une formation à un métier vert

- Cosmétiques : halte aux substances toxiques !

Et aussi sur Dossier familial