French Days : où profiter du Black Friday à la française ?

French Days : où profiter du Black Friday à la française ?
Plusieurs enseignes du e-commerce françaises lancent les French days du 27 avril au 1er mai. - © pepifoto

S’inspirant du Black Friday américain, plusieurs enseignes du e-commerce françaises proposeront du 27 avril au 1er mai des promos allant jusqu’à 50 % sur des produits de grandes marques.

Les French Days. C’est le nom du super week-end de promotions qui attend les Français du 27 avril au 1er mai. Six enseignes sont à l’origine de cette nouvelle opération commerciale : Boulanger, Cdiscount, Fnac Darty, La Redoute, Rue du Commerce et Showroomprivé.

Le week-end du 1er mai n’a pas été choisi par hasard. « Il s’inscrit un mois avant les soldes d’été, dans une période où il est nécessaire de dynamiser le commerce », explique au Figaro Annabel Chaussat, directrice marketing et e-commerce de Fnac Darty.

L’idée est de créer un « événement annuel récurrent et attendu » à l’image du Black Friday américain qui se tient chaque année en novembre. Les six entreprises veulent montrer que « le e-commerce français est dynamique », tout en répondant à une demande « des clients qui viennent acheter sur Internet ». Elles invitent d’ailleurs d’autres commerçants à les suivre. Auchan, Beaumanoir, Kiabi et Sarenza ont déjà répondu à l’appel.

Quelles réductions ?

Le montant des rabais dépendra de chaque enseigne mais pourrait grimper jusqu’à 50 %. Les promos concerneront en particulier le mobilier de jardin et de plein air, l’habillement et les télévisions, en prévision de la Coupe du monde de football qui débutera dans quelques semaines.

Préparez ses achats

Si vous comptez en profiter, prenez le temps de vérifier le prix des produits qui vous intéressent quelques jours avant. En période de soldes, certains commerçants gonflent le prix de départ pour faire croire à une réduction qui n’en est pas une.

A lire aussi :

-Quels sont vos droits pendant les soldes ?

-Soldes : les arnaques à éviter

-Soldes : le gouvernement veut réduire leur durée à quatre semaines