Obsolescence programmée : bientôt un indice de réparabilité sur les appareils

Obsolescence programmée : bientôt un indice de réparabilité sur les appareils
En 2020, les fabricants et distributeurs devront apposer sur leurs produits électroniques et électroménagers un indice de réparabilité. - © MartenBG

Le téléphone portable ou le lave-linge que vous souhaitez acheter est-il durable et facilement réparable ? A partir du 1er janvier 2020, une note allant de 1 à 10 vous l’indiquera. Cet indice de réparabilité sera calculé selon dix critères.

Ce nouveau repère est l’une des mesures phares de la feuille de route pour une économie circulaire, présentée par le ministère de la Transition écologique et solidaire le 23 avril dernier.

A partir du 1er janvier 2020, les smartphones, machines à laver, aspirateurs et autres produits électroniques et électroménagers devront afficher une note sur 10, établie à partir de 10 critères, qui permettra de savoir s’ils sont facilement réparables. Pour élaborer cet indice de réparabilité, un groupe de travail « a débuté ses travaux la semaine dernière », a expliqué Brune Poirson, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique. Il rendra ses conclusions « d’ici la fin de l’année ».

Changer les habitudes de consommation

L’objectif est de lutter contre l’obsolescence programmée – technique qui consiste à limiter la durée de vie des produits afin de pousser les consommateurs à les remplacer plus rapidement – réduire l’impact environnemental de ces produits et faire des économies.

Selon une étude de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), 88 % des Français changent leur téléphone portable alors qu’il fonctionne encore. Or, en le gardant par exemple quatre ans au lieu de deux, les utilisateurs économiseraient 37 kg de gaz à effet de serre, explique le ministère.

Le gouvernement espère arriver à faire aussi bien que les Allemands qui économisent entre 60 et 137 millions d’euros par an grâce à l’allongement de la durée de vie des biens de consommation. 

Si l’indice de réparabilité ne fonctionne pas, « nous passerons aux sanctions et aux mesures contraignantes », a prévenu la secrétaire d’Etat

A LIRE AUSSI :

- L’obsolescence programmée, un délit difficile à prouver

- Green Friday : l’alternative responsable au Black Friday

- Téléphone mobile : avez-vous le bon forfait ?

- Forfait mobile : régler un litige avec votre opérateur