Service national obligatoire : ce qui est envisagé

Service national obligatoire : ce qui est envisagé
Un service national obligatoire pour tous les jeunes à partir de 16 ans pourrait bientôt être mis en place. - © FatCamera

Un rapport remis au président de la République propose la mise en place d’un service national obligatoire d’un mois pour tous les jeunes à partir de 16 ans. Au programme : activités sportives, apprentissage des premiers secours et rappel des valeurs civiques.

Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait promis de créer un service militaire obligatoire d’une durée d’un mois. D’après le Journal du dimanche (JDD), un groupe de travail présidé par le général Daniel Menaouine et chargé de définir les contours du projet a remis jeudi dernier au chef de l’Etat son rapport.

Oubliée l’immersion à la caserne : le retour du service militaire au sens strict n’aura pas lieu. Le rapport suggère plutôt d’instaurer un service national obligatoire d’un mois pour tous les jeunes d’une même classe d’âge à partir de 16 ans, qui s’effectuerait en partie en internat. Il pourrait comprendre des activités sportives, l’enseignement des gestes de premiers secours, l’acquisition des réflexes en cas de situation de crise et un rappel des valeurs de la République et des valeurs civiques.

Ce service obligatoire d’un mois pourrait être suivi - pour les jeunes volontaires - par une période d’engagement dans le milieu associatif.

Les arbitrages présidentiels devraient être connus courant mai. Les auteurs du rapport préconise de consulter également la jeunesse.

Un dispositif coûteux

Ce service national universel pose néanmoins de nombreuses questions quant à ses modalités d’exécution et à son financement. « Même pour un mois, il s’agirait d’une organisation très lourde, nécessitant des hébergements et des dizaines de milliers d’encadrants », souligne dans le JDD le député LR François Cornut-Gentille, rapporteur spécial des crédits de la Défense. Quant au coût du dispositif, il est évalué entre 2,4 et 3,1 milliards d’euros. Le chef de l’Etat a rassuré les armées en indiquant que le service national ne pèserait pas sur leurs budgets.