Tutelle : l’absence d’amélioration de l’état de santé doit être motivée par un certificat médical

Tutelle : l’absence d’amélioration de l’état de santé doit être motivée par un certificat médical
Le certificat médical circonstancié est indispensable pour la mise en place et le renouvellement d’un placement sous tutelle. - © Daisy-Daisy

Le juge des tutelles peut prononcer une tutelle pour une durée de 10 ans lorsque l’état de santé de la personne à protéger n’est pas susceptible de connaître une amélioration. Une juridiction récente de la Cour de cassation rappelle que cette décision doit être motivée par un avis médical.

La mise sous tutelle est une mesure de protection des personnes majeures qui ne sont plus en mesure de veiller sur leurs propres intérêts en raison de l’altération de leurs facultés mentales et/ou physiques les empêchant d’exprimer leur volonté. Elle est prononcée dans les cas où les autres mesures de protection juridique plus légères (curatelle, sauvegarde de justice) sont insuffisantes. Le tuteur, nommé par le juge des tutelles, va représenter la personne placée sous tutelle dans les actes de la vie civile.

La demande de mise sous tutelle peut être effectuée par la personne concernée elle-même, le conjoint, un membre de la famille, un proche entretenant des liens étroits, la personne qui exerce déjà la mesure de protection juridique ainsi que le procureur de la République.

La durée initiale de la tutelle est limitée à 10 ans

En principe, la durée de la tutelle est limitée à 5 ans. Mais comme l’a rappelé la Cour de cassation dans un arrêt rendu le 27 juin dernier, le juge peut prononcer une mise sous tutelle pour une durée supérieure à 5 ans et n’excédant pas 10 ans, si l’altération des facultés personnelles de la personne sous tutelle n’apparaît manifestement pas susceptible de connaître une amélioration selon les données acquises par la science. La décision doit être prise sur avis conforme du médecin inscrit sur la liste établie par le procureur de la République. Cette liste est disponible auprès du service civil du parquet des tribunaux de grande instance, ou du service des tutelles du tribunal d'instance dont dépend la personne à placer sous protection.

Dans l’affaire jugée, un juge des tutelles avait décidé de placer une personne âgée sous tutelle pour une durée de 10 ans en raison d’une description très préoccupante de son état mental. Mais en l’absence de certificat médical préconisant une telle durée, la Cour de cassation a cassé et annulé l’arrêt rendu par la cour d’appel de Metz le 27 avril 2017.

Le certificat médical circonstancié est obligatoire

Pour rappel, lors du dépôt d’une demande de mise sous tutelle ou de son renouvellement, il est obligatoire de joindre un certificat médical circonstancié. Il doit être établi par un médecin inscrit sur une liste établie par le procureur de la République et décrit l’altération des facultés de la personne et l’évolution prévisible. Il coûte 160 € auxquels peuvent s’ajouter des frais de déplacement.

A LIRE AUSSI :

- L’habilitation familiale pour protéger un parent vulnérable

- Saisir le juge des tutelles

- Protéger un parent âgé