Animal enfermé dans une voiture en pleine chaleur : que risque le propriétaire ?

Animal enfermé dans une voiture en pleine chaleur : que risque le propriétaire ?
En moins de 10 minutes, la température dans l’habitacle peut atteindre et dépasser les 40°C. - © PK-Photos

Chaque été, des animaux laissés enfermés dans un véhicule par temps chaud meurent de déshydratation. Leurs maîtres encourent une amende d’un montant maximum de 750 euros.  

Alors que la France est touchée par un épisode caniculaire, la Police nationale rappelle qu’un véhicule garé en plein soleil peut être un piège mortel pour un animal. En moins de 10 minutes, la température dans l’habitacle peut atteindre et dépasser les 40°C, voire grimper jusqu’à 60°C en à peine un quart d’heure en cas de canicule. Et ce, même si une ou plusieurs fenêtres sont entrouvertes et que le véhicule est garé à l’ombre. Or, il suffit de quelques minutes pour qu’un chien ou un chat enfermé suffoque et perde la vie.

Récemment, deux canidés sont morts de chaleur dans une voiture stationnée à Puteaux, dans les Hauts-de-Seine. Juridiquement, leur propriétaire risque une amende d’un montant maximum de 750 €. Laisser un animal dans un véhicule sans aération constitue, en effet, une infraction pénale de mauvais traitements envers un animal domestique, d’après l’article R. 654-1 du Code pénal.

> A LIRE : Animal de compagnie : les solutions pour le faire garder cet été

Que faire si vous apercevez un chien enfermé ?

Si vous voyez un animal laissé dans un véhicule en plein soleil sans la présence du maître aux alentours, appelez immédiatement la police ou la gendarmerie locale. L’article 20 de la loi du 6 janvier 1999 vous permet de faire procéder à l’ouverture du véhicule stationné en plein soleil lorsque la vie de l’animal est en danger, en présence d’un gendarme ou d’un policier.

Si vous jugez la situation trop urgente pour attendre les forces de l’ordre, vous pouvez décider de briser la vitre pour sauver l’animal. Dans ce cas, il est recommandé de vous entourer d’au moins deux témoins qui pourront attester de la bonne foi de votre action. Car le propriétaire pourrait décider de porter plainte pour dégradation d’un bien appartenant à autrui.

Mais s’il est évident que la vie du chien est menacée (inconscience, animal qui halète frénétiquement, etc.), la loi vous protège. Selon l’article 122-7 du Code pénal, « n’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien ».

Après avoir sorti l’animal, placez-le à l’ombre et rafraîchissez-le avec de l’eau pas trop froide et par petites quantités. Une fois qu’il semble avoir récupéré, emmenez-le chez le vétérinaire.

A LIRE AUSSI :

- Animaux de compagnie : la SPA lance un appel à l’adoption

- Maltraitance animale : que faire si vous êtes témoin ?